Content Management Powered by CuteNews
Délégation permanente de la République de Serbie auprès de l’UNESCO - Paris
| |     Српски | English  
Насловна

 
Адреса
1, Rue Miollis  
75015 PARIS
Француска
Телефон: +331 / 45-68-33-37 
E-mail: dl.serbie@unesco-delegations.org

 


Organisation du tourisme de Serbie
SIEPA

 

   
 
 

Prises en photos de la Serbie: auteur Dragoljub Zamurović

Брошура "Водич кроз мере подршке развоју иновативне привреде"


  ACTUALITES
 
Participation des représentants de la Délégation permanente de la République de Serbie auprès de l'UNESCO à la réunion plénière du Mouvement des non-alignés au sein de cette Organisation

Des représentants de la Délégation permanente de la République de Serbie auprès de l'UNESCO ont participé le 10 septembre 2021 à la réunion plénière du Mouvement des non-alignés (MNA) au sein de cette Organisation. A cette occasion, l'ambassadrice Tamara Rastovac Siamashvili a annoncé la tenue d'une réunion commémorative de haut niveau à Belgrade à l'occasion du 60e anniversaire du premier sommet du NAM, qui s'est également tenu dans notre capitale. La réunion se tiendra les 11 et 12 octobre 2021, organisée par la République de Serbie et d'Azerbaïdjan en tant que président actuel du MNA. Faisant référence au rôle historique et actuel du MNA et au symbolisme de Belgrade comme lieu de naissance, l'ambassadeur Rastovac Siamashvili a souligné la volonté de la République de Serbie d'approfondir davantage nos liens et notre coopération avec les membres du MNA et de construire de nouveaux ponts entre nous, y compris dans le domaine de compétences.

 

 


Marquant le Jour du Souvenir de tous les Serbes morts et expulsés dans l'Opération « Tempête ».

Le 5 Août 2021

Le président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić, il a assisté à la célébration du Jour du Souvenir de tous les Serbes morts et expulsés dans l'Opération « Tempête » et il a déclaré que la Serbie se souvient !

« Aujourd'hui, alors que nous nous souvenons à nouveau de ce qui s'est passé en Août 1995, d’un terrible pogrom, de l'expulsion de plus de 250 000 Serbes, de l'exode et du nettoyage ethnique, nous nous rappelons également qui nous sommes, ce que nous sommes, d'où nous venons et où nous allons. Merci à tous d'être ici avec nous ce soir et d'avoir montré à quel point nous aimons notre peuple. » a déclaré le président Vučić et il a ajouté que nous n'oublierons pas tout ce que le peuple de la Krajina a dû traverser.

« Pour nous, ce n’est pas seulement un nombre terrible de victimes. » a déclaré le président Vučić et il a souligné que la Serbie n'oubliera jamais cet évènement.

« L'histoire ne s'est jamais refaite comme aujourd'hui. C'est pourquoi je voudrais nous rappeler à tous, non seulement ce que les autres nous ont fait, ne pas vouloir exister, mais aussi à ce que nous avons fait à nous-mêmes, comme si on ne voulait pas exister. » a déclaré le président et il a mentionné qu'il ne doit plus jamais arriver que la Serbie oublie ses éros silencieux.

Le président Vučić a souligné que nous ne devons plus jamais nous couvrir les yeux, les oreilles et la bouche, devant quelque chose qui était un pogrom et une chute de toute humanité.

« Ne reconnaissant pas que cet événement s'est produit c’est un crime, n'est pas seulement contre les victimes, mais aussi contre nous-mêmes, contre chaque Serbe vivant, contre les gens de Krajina, contre la Serbie et son avenir. » a déclaré le président Vučić et il a souligné que les gens, seulement s'ils ont des souvenirs, peuvent se tenir la tête haute et vivre avec eux-mêmes et avec les autres sans écart, peur et doute.

Le président Vučić a souligné que la Serbie doit lutter pour la paix et pour les berceaux des enfants, ainsi que l'oubli nous annule et nous efface de l'histoire et de l'avenir, nous privant du droit au futur.

« Notre mission est un avenir heureux pour nous et pour la nouvelle génération ! La Serbie d'aujourd'hui repose sur une identité claire et une culture du souvenir ! » a souligné le président Vučić et il a rappelé que tout ce qui avait été négligé pendant des décennies, a été fait, ainsi qu'une Serbie forte est devenue maître de son propre destin.

«Gloire éternelle aux martyrs serbes morts dans l'Opération « Tempête »et dans tous les pogroms. Vos enfants sont dans leur Serbie, pris en charge, aimés et réussis. Dormez paisiblement, faucons serbes, l'avenir de vos enfants est notre vœu. » a conclu le président Vučić. Il a remercié tous ceux qui ont montré ce soir à quel point ils aiment leur pays et il a souligné encore une fois que la Serbie se souvient !


La source : www.predsednik.rs
La photo : www.predsednik.rs


Le Président Vučić: Nous avons pris la décision - notre objectif c’est l'UE, mais la Chine est un partenaire important

Le 22 juillet 2021

-Nous avons pris la décision - notre objectif est et reste l'UE, a déclaré le Président serbe Aleksandar Vučić dans une interview accordée au quotidien allemand «Handelsblatt» et qu'il n'y a aucune autre alternative pour la Serbie, mais il a également souligné que la Chine est un partenaire important pour la Serbie, et la tâche de l'État est de veiller à l'intérêt de ses citoyens.

Il a ainsi répondu à la question ce que la Serbie choisira lorsqu’elle devra choisir entre les relations étroites avec Pékin ou l'UE. Vučić a souligné que la Serbie veut devenir membre à part entière de l'UE.

-Nous sommes liés par l'histoire, la culture commune, les membres de l'UE sont déjà nos partenaires les plus importants, a-t-il expliqué ajoutant que les échanges commerciaux entre l'Allemagne et la Chine sont 3 000 fois plus élevés qu'entre la Serbie et la Chine, mais, note-t-il, ce sont toutefois les affaires de la Serbie avec la Chine qui posent problème.

Sur constatation que la chancelière allemande Angela Merkel n'a pas félicité le 100e  anniversaire du Parti communiste chinois, et que lui il l'a fait, il a répondu que la Serbie n'est pas l'Allemagne, mais un petit pays. Sur la question insistante concernant ce que la Serbie fera si elle doit choisir entre l'UE et la Chine, il a souligné que la Serbie a déjà décidé, que son objectif était et reste l’adhésion à l'UE.

-Nos plus gros investisseurs viennent de l'UE. L'UE représente 67 % de notre commerce. Plus 17% avec les pays de la région qui sont tous sur la voie de l'UE. Nous ne pouvons pas subsister sans l'UE, a-t-il ajouté.

-Mais nous pouvons effectuer beaucoup de bonnes choses avec la Chine - certes. Et nous le faisons, tout comme l'Allemagne, a souligné Vučić, et à la remarque que la qualité des projets de la route de la soie a été critiquée, principalement en raison des travailleurs chinois, il a répondu que la qualité des routes ou des ponts que la Serbie construit avec la Chine est excellente.

-Nous donnons les marchés à ceux qui nous soumettent la meilleure offre. C'est pourquoi je dis aux Européens critiquant les projets chinois dans notre pays - proposez-nous un projet pour un euro de plus et vous l'aurez, a-t-il souligné.

À ce propos, il a indiqué que la Serbie construisait un chemin de fer vers la Macédoine du Nord avec 600 millions d'euros d'aide de l'UE, citant que l'offre était meilleure que celle de la Chine.

-On parle souvent d'un chemin de fer de 180 kilomètres vers Budapest à travers le territoire de la Serbie, financé par la Chine. Mais le chemin de fer qui est construit avec l'aide de l'UE depuis Belgrade à la frontière de la Macédoine du Nord est deux fois plus long et personne n'en parle. Tout est trop politisé, a-t-il constaté.

Demandé s'il saluait les projets de l'UE et des États-Unis sur une initiative alternative à la route de la soie, Vučić a dit soutenir tout ce qui apporte les avantages à notre région.

-Les Chinois veulent étendre leur présence partout, mais nombre de processus en Occident, franchement, sont plus efficaces et sans problèmes. Nous avons encore beaucoup à apprendre de l'Occident, mais on va y arriver, a dit Vučić.

Il a relevé que la Chine est un partenaire important pour la Serbie, ajoutant que lorsque la consolidation des finances publiques a commencé en 2014, notre pays a reçu de la Chine de bonnes conditions pour les projets de développement.

Il a également précisé qu'un appel d’offre avait été annoncé à la demande de l'UE, pour une mine de cuivre dans l'est de la Serbie, qu'aucune entreprise européenne n'avait fait d'offre pendant six mois, et qu'elle avait été reprise par les Chinois.

-Notre travail est de prendre soin des gens, a-t-il déclaré.

Il a rappelé que l'économie serbe a augmenté de 52% en huit ans et demi, ce qui signifie pour l'UE que la Serbie pourrait être un membre fort et un moteur pour toute la région.

Expliquant comment la Serbie se développe si bien sur le plan économique, il a relevé que la Serbie dispose d'une excellente main-d'œuvre, anglophone, que la société et l'administration sont numérisées, et qu'elle a la loi sur le travail le plus flexible d'Europe, ainsi que des finances publiques consolidées.

Il a rappelé qu'avant la dette publique s'élevait à 78% du PIB, et aujourd'hui elle a été réduite, grâce à la forte croissance de l'économie, à 52%.

-Nous pouvons nous permettre d'inciter les investisseurs à venir, a-t-il ajouté, soulignant que la Serbie offre une aide à l'investissement, mais que, par exemple, les subventions n'étaient pas le motif de l'arrivée du Continental Development Center.

Il a relevé que seule la Serbie dans cette région a lancé le système d'enseignement en alternance dans cette région il y a cinq ou six ans, celui de l'Allemagne, de la Suisse et de l'Autriche, que des dizaines de milliers de personnes suivent la formation duale, et que ceci est apprécié par les  investisseurs étrangers, qui en plus peuvent également coopérer étroitement avec les universités.

L'Allemagne, a-t-il cité, est le partenaire commercial le plus important et le plus grand investisseur.

-Nous avons débuté avec l'arrivée de petites entreprises textiles de Turquie, et maintenant ce sont notamment les grandes entreprises allemandes qui arrivent. A l’heure actuelle, 71.000 personnes travaillent dans les entreprises allemandes en Serbie, a-t-il expliqué.

Vučić a dit que la perspective européenne est très importante pour les investisseurs, déclarant que Nikkeik, Toji Tire ou Mitsubishi viennent du Japon en Serbie parce que notre pays est sur une voie européenne stable.

Demandé s'il pensait que la Serbie deviendrait membre de l'UE dans un avenir proche, il a répondu ne pas avoir à se plaindre.

-Il est certain que si nous avions reçu 45 milliards d'euros d'aide de l'UE nous serions beaucoup plus loin économiquement. A la place, nous avons reçu 1,6 milliard d'euros de l'UE. Nous sommes habitués à voir nos succès venir de nous-mêmes, a dit Vučić.

Le Président de Serbie a rappelé qu'en Croatie les salaires avant étaient 2,2 fois plus élevés qu'en Serbie, et aujourd'hui ils ne sont que 1,7 fois plus élevés.

-Nous fermons le trou de nos propres forces. Si nous devenions membre de l'UE, nous ne demanderons certainement pas les plus grosses subventions, assure-t-il.

Il a dit que la voie serbe suit la voie allemande vers l'Europe et que la Serbie veut une chance équitable.

-Je crois les paroles de Merkel. Elle est en fin de mandat et je ne suis plus sensé la louer. Mais elle nous a donné la stabilité, la liberté de voyager à l'UE, aidé dans la crise des migrants en 2015, et a demandé au ministre de l'Économie Altmaier et aux autres de travailler en étroite collaboration avec nous, a-t-il rappelé.

Demandé s'il y avait des indications que le nouveau gouvernement allemand soutiendrait la Serbie de la même manière, Vučić a exprimé sa conviction que ce sera le cas.

-Je connais Armin Laschet, je lui ai parlé lorsqu’il était Premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il est très intelligent et comprend la situation dans les Balkans, et en qualité du nouveau chancelier il continuera certainement la politique de Merkel envers notre région, a-t-il ajouté.

Vučić a également exprimé sa conviction que la Russie, si l'adhésion de la Serbie à l'UE se concrétisait, ne réagirait pas de la même manière que dans le cas de l'Ukraine, et qu'il s'agit là d'une décision souveraine de la Serbie.

À une question supplémentaire à ce propos, Vučić a indiqué que chaque fois qu'il rencontrait Vladimir Poutine, et qu'il y a eu 18 ou 19 entretiens, il disait être reconnaissant pour l'amitié traditionnellement étroite avec la Russie, mais aussi que la Serbie se trouve sur le cours claire de l’UE.

-Il a demandé si c'était notre choix et j'ai répondu «oui, l'adhésion à l'UE est notre objectif'», a-t-il relaté.

Pour ce qui est du «Kosovo», Vučić a souligné qu'un compromis est nécessaire concernant cette question.

-C’est la seule façon d’avoir une paix durable. La Serbie et moi-même,  nous voulons la paix. Arrêtons les folies du passé. C’est alors que toute la région peut devenir motrice d'une nouvelle croissance pour l'Europe, a déclaré Vučić.

Source : Tanjug
 





Plus de nouvelles

 
Ministère des Affaires étrangères
Infos du jour 
Communiqués 
Galerie de photos 


Assemble nationale

Prsident de la Rpublique de Serbie

Gouvernement de la Rpublique de Serbie

Ministre des Affaires trangres